Trans-himalayenne (Ladakh) - septembre 2015




<img style="" src="https://2.bp.blogspot.com/-gw3WmDX1A3I/Vi56hgbKZ9I/AAAAAAAB2J8/StRyjqBmRak/s320/HimalayaxelleAvecTitre.jpg" border="0" height="178" width="320">






<<< Axelle a réalisé un film très condensé, qui retranscrit très bien ce que nous avons vécu.

Axelle a aussi pris des risques pour me filmer.
Accès vers les  photos d'Axelle et de Line "Transhimalayenne & Ladakh 2015" :    - 1° semaine     - 2° semaine

*********************************

30 août : Paris à moto, afin d'embarquer, via Munich, pour Delhi, dans le but de participer à une Trans-himalayenne en Royal Enfield (Bullet Machismo 500), accompagnant Axelle et ma fille Line.
Après visite partielle de Delhi, nous nous sommes envolés pour Leh (alt. 3500 m).
C'est de cette ville, capitale du Ladakh, qu'a commencé notre périple moto, qui nous a amenés de la Vallée de la Nubra (au nord), entre Pakistan (à l'ouest) et Chine (à l'est), jusqu'à Manali.
Sur notre trajet : des cols entre 4000 et 5000 m, dont la plus haute route carrossable du monde, culminant au Kardung La (5600 m). En rajoutant quelques nuits en village de tentes à 4500 m.
La découverte de la nourriture locale a été pour moi un véritable bonheur : variée, copieuse, cuisinée et présentée avec goût, délicieusement épicée... Les pauses thé dans de modestes constructions en toile ou en tôle au bord de la route ont été bienvenues et reposantes. J'ai trouvé la bière indienne excellente.
Autre bonheur : les motos, elles semblent vieillottes et pataudes dans nos concessions, pourtant elles sont des reines au Ladakh. Leur puissance est bien adaptée aux conditions routières, les vitesses passent en douceur, le freinage est assorti. Étrangement confortables, elles franchissent tous les obstacles, supportent des routes très difficiles : sable, boue, pierres, trous, saignées, lits de rivières à longer ou traverser... .Elles roulent partout en duo et même en duo surchargées de bagages !
J'essaie de présenter des paysages, des routes et des gens bien sympathiques.
Pour ceux qui aiment lire : « L'équilibre du monde » m'a ouvert l'esprit sur l'Inde, et j'avais du mal à reposer le livre « Le dieu des petits riens ».
C'est une superbe aventure.
* Réponses, personnelles, aux questions qui me sont posées depuis la parution de cette présentation :
( Ce qui suit n'a aucun caractère universel, mais peut être utilisé comme une information parmi d'autres possibles. )
Nourriture : je choisissais systématiquement les mêmes plats locaux que nos guides (donc du riz au moins une fois chaque jour) et n'ai pas eu le moindre problème digestif contrairement à ceux du groupe qui essayaient toujours de se rapprocher de leur alimentation occidentale.
Boissons locales, sauf l'eau, achetée en bouteille.
Préparation : Pendant les 15 jours précédant mon départ je mettais tous les soirs une cuillère à café d'argile blanche dans un verre que je remplissais d'eau, mélangeais bien, puis le matin je buvais l'eau mais pas le dépôt resté au fond du verre (comme un café grec ou turc) dans le but d'éviter les problèmes du système digestif fréquents chez les voyageurs (d'ailleurs appelés "tourista").
Boisson : Je ne bois que de l'eau gazeuse. La seule eau disponible en bouteille étant plate, j'ajoutais systématiquement du bicarbonate de soude dans mon litre d'eau journalier.
En plus de ce litre d'eau (on en trouve partout en Inde) je buvais du thé pendant les pauses du matin et de l'après-midi, de la bière locale au repas du soir, hors périodes à 4500m d'altitude où je buvais dans ce cas-là encore du thé préparé avec l'eau des torrents, mais normalement, bouillie.
Mal des montagnes ou mal de l'altitude : Le premier jour = journée d'acclimatation au calme, j'ai bu les 3 litres d'eau (avec bicarbonate de soude) conseillés, sans compter le thé offert à toutes les occasions conviviales de la journée.
Je prenais matin et soir 3 granules d'Apis Mellifica en 15CH.
J'avais emporté aussi Arnica en 7CH en cas de chute et Aconit en 7CH en cas de coup de froid.
Aucun médicament chimique, aucune vaccination en dehors du vaccin anti-tétanique fait il y une dizaine d'années.
Crème solaire indice50 et lunettes de soleil protection haute montagne Cat.4.
Habillement : comme décrit sur mon site pour mes voyages en général, sauf bottes moto à la place des baskets moto + chaussures ordinaires, genre baskets pour l'avion, la ville et le soir à l'étape. J'avais un sac de voyage vraiment peu encombrant (en soute dans l'avion) et un sac à dos léger pour mes bagages sur la moto (vêtements de pluie, crème solaire et le litre d'eau).
( Comme d'habitude : shampooing, bicarbonate et crème solaire en tube comme le dentifrice.)

Montage de 179 photos et cartes commentées (infos - en haut à droite)
Film d'Axelle (5min.).

Lien vers Himalayan Bikers